Les plus beaux films se déroulant à Paris

Nombreux sont les réalisateurs en quête de terrains français pour y déposer leurs caméras le temps d’un tournage ou de quelques prises. Devant ce petit succès, les tournages étrangers sont encadrés depuis 2008 par de nouvelles règles. Le réalisateur désireux de faire de la France le théâtre de ses péripéties doit ainsi réunir quatre conditions bien précises et non négociables : tourner au moins 5 jours dans l’Hexagone, en ne dépensant pas moins d’un million d’euros, en faisant jouer au moins 2 acteurs francophones et en choisissant deux décors symboliques de la France.

Entre 2002 et 2008, plus de 400 films français ont été tournés dans la seule ville de Paris. En ce qui concerne les réalisateurs internationaux, les Américains sont les premiers à aimer tourner dans la capitale. Et les deux arrondissements qui ont unanimement la cote auprès des cinéastes sont le 8ème et le 16ème.

Come to Paris fait un bref retour sur les films nationaux et internationaux tournés à Paris et qui ont marqué le 7ème art.

1 - Le Bossu de Notre-Dame


Le Bossu de Notre-Dame Produit par les studios Disney, le film est sorti dans les salles obscures en 1996 et a très rapidement la tête du box office durant de longues semaines.

Il faut dire que la mythique toile de fond de l’intrigue, l’extraordinaire cathédrale Notre-Dame, a fait rêver petits et grands qui continuent d’y projeter les plus folles légendes. L’une d’elle, inventée par l’écrivain Victor Hugo en 1831 dans son livre Notre-Dame de Paris qui inspira largement les studios Disney, contribue à entourer la cathédrale d’une certaine aura mystérieuse qui n’a pas fini de fasciner.

Dans le dessin animé de Disney, les gargouilles de Notre-Dame sont des personnages à part entière. Compagnons d’infortune de Quasimodo dans l’imaginaire, vous pourrez les admirer une fois les 380 marches grimpées. Placées à l’extrémité des gouttières, ces superbes sculptures mi-animales mi-humaines, bêtes fantastiques aux pattes griffues, becs aiguisés ou ailes déployées, servent en fait à évacuer l’eau de pluie de la toiture.


2 - Da Vinci Code


Da Vinci CodeBien plus tard, c’est le musée du Louvre qui inspire un autre écrivain. En 2003, Dan Brown publie l’un des plus gros succès littéraires de la décennie : le Da Vinci Code.

Vendu à 86 millions d’exemplaires dans le monde, le roman inspira d’ailleurs rapidement Hollywood. Seulement 3 ans après sa sortie, le film est adapté sur grand écran. Les plus grandes scènes ont été en partie tournées dans le véritable musée, créant un engouement des fans pour le Louvre qui était déjà le musée le plus visité au monde avec pas moins de 9 millions de visiteurs par an. Si vous voulez partir sur les traces des personnages du films, débutez la visite du musée par le Hall Napoléon situé sous la Pyramide : c’est par là que Robert Langdon entre dans le musée au début du film. Selon le roman, 666 pans de verre composent la Pyramide du Louvre mais cela proviendrait d’une rumeur lancée au milieu des années 1980 par les opposants à sa construction. Si le chiffre de 666 est en effet celui de la Bête selon le Livre de l’Apocalypse, en réalité la Pyramide est pour sa part constituée de 673 losanges et triangles de verre.

Depuis le Hall Napoléon, dirigez-vous vers les escalators Denon. C’est dans l’Aile Denon que se déroulent toutes les scènes du film au Louvre. Montez ensuite le premier escalator et tournez à gauche avant le second. Prenez l’escalier qui mène à la galerie de la Grèce Préclassique (salle 1) et laissez-vous rêver !


3 - Le fabuleux Destin d’Amélie Poulain


Le fabuleux Destin d’Amélie PoulainComment parler de Paris et de son cinéma sans rappeler le merveilleux film de Jean-Pierre Jeunet, Le fabuleux Destin d’Amélie Poulain ? Sorti en 2001, le film offre de nombreuses scènes sur la populaire et mythique Butte Montmartre, donnant envie à des milliers de spectateurs étrangers d’aller découvrir la ville d’Amélie. Voici pour vous les spots parisiens où les plus belles scènes ont été filmées :

Café des deux Moulins : Le nom du café fait référence aux deux derniers moulins qu’il reste sur la Butte Montmartre : le Moulin Rouge et le Moulin de la Galette. Suite au succès du film, le café est devenu un lieu très touristique mais n’a néanmoins jamais perdu de son charme typiquement parisien.

Le marché de la Butte : C’est à l’épicerie Le Marché de la Butte, au 56 rue des 3 Frères, appelée aussi  «Maison Collignon»  du nom de son propriétaire dans le film, que Lucien, un malheureux employé joué par Jamel Debbouze, subit les humiliations publiques de son patron. L’enseigne  «Maison Collignon»  est toujours au même emplacement depuis le tournage, placée au-dessus du vrai nom de l’épicerie. L'ancien propriétaire, un certain Ali, avait vu son affaire littéralement décoller suite à la sortie du film. L'épicerie est tapissée d'articles de presse au sujet du succès d’Amélie Poulain et de son retentissement sur la fréquentation des touristes et Parisiens dans le petit quartier de Montmartre.

Square Louise Michel : C’est ici que se sont tournées les scènes de la cabine téléphonique et du parcours fléché qu’Amélie a tracé pour Nino. Créé en 1927, le square mène au Sacré-Cœur via un grand escalier de 222 marches. S’étendant sur près de 24 000 m² et constamment prisé des touristes du fait de la vue panoramique impressionnante qu’il offre sur la ville, le square Louise Michel est toujours très vivant : pique-niqueurs, couples, artistes ambulants et photographes animent le lieu de jour comme de nuit.

Canal Saint Martin : Amélie aime y faire des ricochets. Le canal est très agréable en été car il est bordé de petits squares où les Parisiens aiment se reposer.


4 - Moulin Rouge


Moulin RougeAu pied de la Butte Montmartre, le Moulin Rouge a également été le lieu d’inspiration de grands romans et adaptations cinématographiques. Parmi eux, Baz Luhrmann a succombé au charme du légendaire cabaret parisien en tournant Moulin Rouge, qui a connu un franc succès dans les salles obscures en 2001.

Si toute l'action du film se déroule à Paris au pied de la Butte montmartroise, l'essentiel du tournage se déroula… sur les plateaux des studios Fox Australia. Bien que les décors d’époque furent recréés de toutes pièces, le réalisateur passa beaucoup de temps à Paris avant le début du tournage pour rédiger son script, pour s’imprégner de l'ambiance particulière de la capitale et amasser un maximum d'informations sur la vie parisienne du 19ème siècle. C’est ainsi que Baz Luhrmann a pu rendre à l’écran l’atmosphère déjantée du cabaret de Paris, en y ajoutant bien entendu la pointe de folie qui lui est propre. De Toulouse Lautrec,  «l’âme de Montmartre» , à l’immense éléphant qui trônait à l’époque dans le jardin du cabaret, tout a été pensé dans le but de transporter le spectateur au cœur du joyeux tumulte qui régnait au Moulin Rouge du temps de la Belle Epoque.


5 - Paris, je t'aime


Paris, je t'aimeCe film est pour sa part composé de 18 courts-métrages, tous tournés à Paris dans 18 arrondissements différents de Paris. Chaque cinéaste devait se soumettre à plusieurs règles : leur court-métrage devait durer environ 5 minutes, se dérouler dans un seul arrondissement qui doit être facilement reconnaissable, et filmer en seulement deux jours. Voici une petite liste non-exhaustive des lieux parisiens les plus célèbres retrouvés dans le film :

Place des Victoires (2ème arrondissement) : C’est dans ce quartier de Paris qu’une femme pleure la mort de son fils dans son appartement cossu situé Place des Victoires. Victime d'hallucinations, elle sort dans la rue en croyant entendre son petit qui l'appelle. C’est devant la basilique Notre-Dame-des-Victoires qu’elle s’agenouille, lorsque son fils la rejoint et se blottit dans ses bras.

Le Marais (4ème arrondissement) : Le Marais est le théâtre du coup de foudre de Gaspard pour Elie : lorsqu’il croise le regard de cet apprenti qui ne parle pas un mot de français, Gaspard entame un monologue resté incompris par son coup de cœur.

Le Quartier latin (6ème arrondissement): C’est au Rostand, un café littéraire situé en face du jardin du Luxembourg, que Ben rejoint Gina. Après des années de vie plus vraiment commune, le couple décide d'officialiser leur divorce.

Pigalle (9ème arrondissement) : C’est dans le quartier chaud de la capitale qu’erre Bob, visiblement paumé. Il entre dans un bar à hôtesse où une femme d’âge mûr l'aborde au comptoir.

Cimetière du Père Lachaise (20ème arrondissement) : Un couple, Frances et William, se promène dans les allées vertes du cimetière du Père-Lachaise lors d'un voyage à Paris. Le couple n'est plus sur la même longueur d'onde et la rupture est proche. Alors que sa fiancée s’en va folle de rage, William fait une chute devant la tombe d’Oscar Wilde. Sous l'effet du choc qu'il reçoit à la tête, William voit apparaître Oscar Wilde en chair et en os. L’écrivain lui donnera des conseils pour retenir sa fiancée.


6 - Inception


InceptionLoin de la simplicité de ces courts-métrages, le film de Christopher Nolan a pris possession de Paris le temps de tourner quelques scènes d’Inception, un film perdu entre rêves et réalité. Déconcertant de par la thématique qu’il aborde - l’univers des rêves - ce film a pourtant bel et bien été tourné dans la réalité. Et c’est à Paris que le réalisateur a choisi de filmer quelques scènes inoubliables.

Dom Cobb et Ariane ont une longue discussion sur l’un de nos jolis ponts parisiens : le pont de Bir Hakeim, connu pour sa gracieuse structure métallique 1900 et sa belle vue sur la Seine.

Non loin de là, au 6 rue César Franck dans le 15ème arrondissement, se trouve le traiteur italien Da Stuzzi, transformé en Café Debussy pour le tournage. C’est à la terrasse de ce restaurant que Leonardo DiCaprio et Ellen Page discutent tranquillement pendant que d’énormes explosions détruisent les magasins et appartements alentour. Les rues César Franck et Bouchut ont été fermées pendant 2 jours en août 2009 pour tourner une scène de rêve époustouflante au cours de laquelle un vent surnaturel propulse avec force tous les étals des commerces avoisinants.

Pour finir la liste de ces scènes parisiennes, c’est le toit du cinéma Gaumont Opéra qui a permis de tourner les images de Paris à 360 degrés et la terrasse du Musée Galliera qui fut le lieu de rencontre de Cobb et Ariane.


7 - Midnight in Paris


Midnight in ParisParmi les réalisateurs internationaux obsédés par Paris, Woody Allen occupe probablement la première place du podium. Midnight in Paris est un vibrant hommage à la capitale.

Pour ce film, Woody Allen tourna dans le Paris des Palaces : Ritz, Bristol, Meurice sont les trois hôtels qui figurent dans ses deux derniers films tournés à Paris (avec Tout le monde dit I love you). Dans Midnight in Paris, la scène de dégustation de vin a lieu dans la suite d’exception  «La Belle Étoile»  à l’hôtel Meurice. Côté restaurants, les protagonistes vont dîner au Grand Véfour, mythique restaurant du Palais Royal.

Midnight in Paris rend également hommage au Paris culture, notamment lorsque Woody Allen entraîne ses personnages au musée Rodin, puis au musée de l’Orangerie (que le cinéaste considère comme  «le seul musée qu’il ne faut pas manquer à Paris» ), avec quelques petits détours hors de la capitale avec Giverny et le château de Versailles. On retiendra la scène où Carla Bruni-Sarkozy joue le rôle de guide au musée Rodin.

Dans ce film Woody Allen retrouve les quais de Seine, tout comme dans Tout le monde dit I love you. Lors de ses périples, Gill, le personnage principal du film, se retrouve également sur l’île Saint-Louis, puis dans le square de l’île de la Cité. Le film se termine par une promenade sous la pluie sur le pont Alexandre III.


8 - Inglourious Basterds


Inglourious BasterdsUn autre grand nom du cinéma américain, Quentin Tarantino, a lui aussi momentanément pris possession de quelques rues de Paris pour tourner son fameux Inglourious Basterds.

En 2008, le réalisateur a tourné plusieurs scènes dans un bar situé à l’angle des rues Championnet et du Poteau, dans le 18ème arrondissement de Paris. Les riverains de la rue Championnet ont ainsi pu croiser pendant deux jours d’étranges personnages sanglés dans des uniformes d’officiers SS ou d’antiques et détonantes automobiles. Plusieurs scènes sont tournées à La Renaissance, un bar du carrefour Championnet Poteau.


9 - Ratatouille


RatatouilleEnfin, l’adorable Ratatouille, film d’animation des studios américains Pixar, mettent en image de synthèse les ponts de Paris et les quais de Seine.

Plusieurs ponts de Paris ont inspiré les créateurs du film, comme le Pont au Double et le Pont St-Michel. La Tour Eiffel est également un lieu-clé du film : c’est en découvrant la Dame de Fer que Remy réalise qu’il est parvenu jusqu’à notre magnifique capitale. Il se retrouve au sommet des toits, et reste en extase devant le magnifique spectacle nocturne que lui offre la ville Lumière.

Chez Gusteau est pour sa part un restaurant tenu par le Chef le plus célèbre de Paris. Autrefois, il affichait 5 étoiles au guide des restaurants parisiens. Aux yeux de Rémy, c’est  «la crème de la crème» . C’est donc ici qu’il choisit de poursuivre son rêve pour devenir un grand Chef. Mais vous ne trouverez pas Gusteau à Paris car ce restaurant est entièrement sorti de l’imagination des créateurs de Pixar. Cependant, la façade du restaurant est largement inspirée de celle du célèbre établissement la Tour d’Argent, situé quai de la Tournelle. Restaurant mythique de la capitale depuis 1937, il offre une vue panoramique sur Paris depuis le sixième étage.

Votre session a expiré. Vous allez être redirigé vers la page d'accueil.