Marché aux puces de Saint-Ouen

Marché aux puces de Saint-Ouen

Aux portes de Paris, le Marché aux Puces de Saint Ouen constitue la plus importante concentration d’antiquaires et brocanteurs au monde. Aux côtés des magasins d’antiquité, les commerces de vêtements d’occasion et d'articles de fantaisie foisonnent dans les ruelles des Puces.

Un peu d’Histoire…

A la fin du 19ème siècle, des chineurs, voleurs et chiffonniers serpentent les rues de Paris pour y rassembler leur butin. Exaspérée, la municipalité de Paris décide de prendre le problème à bras le corps et d’expulser les indésirables hors de la capitale. Les chiffonniers choisissent alors de bâtir leurs quartiers au nord de Paris, entre les murs de la capitale et le village de Saint-Ouen. Le campement s’agrandit et se transforme peu à peu. Les guinguettes qui y sont installées et les nombreuses petites échoppes qui y ouvrent leurs portes font rapidement de l’endroit une destination populaire où les Parisiens et les promeneurs du dimanche aiment flâner et boire un verre. Entre 1905 et 1914, la presse s’intéresse de plus près à ces lieux atypiques et contribue largement à leur réputation. De nombreux marchands s’y pressent pour y ouvrir leur commerce. Le Marché aux Puces est né.

Vingt ans après, au lendemain de la Première Guerre Mondiale, les commerces s’y implantent définitivement et les marchés Biron, Vernaison, Malik, Vallès sont créés. La musique afro-américaine importée d’Outre Atlantique atterrit aux portes de Paris grâce aux gitans qui jouent de la guitare sur les marchés. Dès lors, le jazz manouche restera profondément lié à l’identité des Puces.

La deuxième moitié du 20ème siècle voit les brocanteurs et antiquaires remplacer les anciens chiffonniers et ferrailleurs qui s’étaient emparé des lieux au début du siècle. De nouveaux marchés voient le jour, avec chacun sa spécificité : des objets d’antiquité haut de gamme aux bibelots poussiéreux, on y trouve de tout. Très à la mode, les Parisiens aiment l’ambiance populaire qui règne aux Puces, avec leurs petits bistrots, leurs restaurants, leurs vendeurs de vêtements vintage et livres anciens, leurs jeux et guinguettes à l’esprit bon enfant.

Les Puces d’aujourd’hui

Le marché aux Puces de Saint Ouen est devenu l’une des destinations les plus prisées par les touristes en Ile-de-France avec des millions de visiteurs par an qui parcourent les ruelles et une quinzaine de marchés dans le quartier des Puces. Les visiteurs y sont accueillis tous les samedis, dimanches et lundis, pendant toute l’année. Chacun y vient pour dénicher l’objet insolite de ses rêves, et profiter de l’ambiance hors du temps du lieu. Les sept hectares, quinze marchés et près de 2000 marchands des Puces de Saint Ouen n’ont pas fini d’attirer les curieux venus du monde entier. Les grands collectionneurs y trouveront leur compte grâce à la grande diversité des commerces des Puces, les amoureux des promenades improvisées seront ravis d’arpenter leurs petites rues populaires et pleines de vie. Ce marché est tantôt couvert, tantôt en plein air, et présente deux types de puciers : les commerçants qui vendent des vêtements (artisanaux ou d’occasion) et les antiquaires ou brocanteurs.

Lorsque vous chinez, n’hésitez pas à marchander : ça fait partie du jeu et perpétue l’âme des Puces. Enfin, on peut y manger sur le pouce, dans des roulottes ou gargotes où des airs d’accordéon accompagnent le repas. Parmi elles, "La Chope des Puces" est un petit café-restaurant qui a su se faire un nom au fil des années en y organisant des concerts populaires très appréciés des promeneurs. A vous de chiner ! Vous n’avez plus qu’à garder les yeux grands ouverts et partir à la recherche de votre objet  «coup de cœur» .