Villages du 19ème Villages du 19ème

Villages du 19ème

Découvrez un parcours vert dans un coin méconnu et dépaysant de Paris, surnommé les villages du 19ème.
Durée estimée du parcours : 3h00
Distance estimée du parcours : 4,1km

Téléchargez le parcours Villages du 19ème

1

Rendez-vous Place du Colonel Fabien et prenez l’avenue Mathurin Moreau. Tournez à la 4ème rue à droite, dans la rue GEORGES LARDENNOIS.

Au sommet de la butte Bergeyre, la rue Georges Lardennois confère une vue sans égale sur la butte voisine de Montmartre. En forme de boucle, la rue est bordée de maisons bourgeoises dont les jardins broussailleux sont fermés par de petites palissades en bois. Des vignes vierges recouvrent tout un pan de la butte, des chats apparaissent en plein milieu de rues pavées où peu de voitures passent, des riverains cultivent leur jardinet au premier rayon de soleil… La vie de la butte Bergeyre est aussi paisible que celle d’un village.

En commençant votre promenade, vous ressentirez tout de suite le calme dont les lieux sont empreints. Construits au début du 20ème siècle sur d’anciennes carrières, les immeubles ici ne dépassent pas les quatre étages afin d’assurer l’équilibre des fondations. La butte fait ainsi figure de petit village niché en hauteur et protégé du tumulte citadin alentour.

2

Continuez votre marche rue Georges Lardennois jusqu’à croiser la RUE PHILIPPE HECHT que vous emprunterez.

Vous vous trouvez à présent au cœur du village Bergeyre, niché sur la colline la plus secrète de Paris, à l'ouest du parc des Buttes-Chaumont. Culminant à une centaine de mètres d'altitude, le sous-sol de la Butte Bergeyre était autrefois exploité par des carrières de gypse et de pierre, à l’instar des Buttes-Chaumont et des autres collines de la ville. Traversée par cinq petites rues pavées, la butte Bergeyre offre une petite balade des plus calmes et dépaysantes qu’il soit, et ce à seulement quelques pas du bruyant boulevard de la Villette. Uniquement desservie par la rue Georges Lardennois, la butte est quasiment vierge de toute circulation. Ici, les enfants peuvent donc jouer dans la rue sans grand danger et les chats se prélassent sur les pavés chauds des beaux jours.

Une fête foraine se tenait sur la butte jusqu’à la fin du 20ème siècle et égayait la vie des riverains qui aimaient s’y retrouver les week-end. Elle fut désinstallée et à sa place, en 1918, le stade Bergeyre fut construit pour abriter l’équipe de football Olympique de Paris. Près de dix ans plus tard, le stade fut rasé et un lotissement prit place, inauguré par Joséphine Baker qui posa ses valises ici en 1927.

A l’ouest de la butte, les promeneurs découvrent un magnifique panorama sur Montmartre et le Sacré-Cœur. Sous vos pieds, des dizaines de vignes vierges ornent les flans de la colline. Sur votre gauche, un jardin potager et accessible à tous permet aux habitants de la butte de faire pousser des fruits et des légumes. Un peu plus loin, des ruches leur fournissent du miel. Quelques lapins dans un clapier agrémentent ce surprenant décor niché à quelques minutes à pied du très populaire quartier de Belleville. Le dépaysement que vous procurera ce lieu est extraordinaire et idéal pour les promenades dominicales en amoureux.

Pour la petite anecdote, sachez que la butte Bergeyre a accueilli l’équipe de Michel Gondry en avril 2012, pour le tournage du film L’Ecume des jours, adaptation du roman de Boris Vian avec Romain Duris, Audrey Tautou et Omar Sy.

3

Tournez à la première à droite dans la rue Barrelet de Ricou, puis suivez une nouvelle fois la première à droite pour prendre la RUE REMY DE GOURMONT.

Comme les autres rues qui serpentent le sommet de la butte Bergeyre, vous découvrirez ici de belles maisons très coquettes, ornées de lierres, de fleurs, de grands chênes et de plantes en tout genre. N’hésitez pas à flâner dans les rues voisines, elles regorgent également de superbes maisons bourgeoises.

4

Marchez jusqu’à la rue GEORGES LARDENNOIS que vous rejoindrez en tournant sur votre gauche.

Tout dans cette rue rappelle le calme et le caractère ressourçant de la vie à la campagne : certains habitants s’affairent parfois dans leur garage grand ouvert pour bricoler, d’autres profitent des beaux jours pour tailler leurs thuyas ou balayer les feuilles qui encombrent le pas de leur maison… Prenez le temps arrivé au bout de la rue, de vous poser quelques minutes sur le petit blanc qui fait face à la butte voisine au sommet de laquelle trône le Sacré-Cœur. Plus loin, éparpillés aux quatre coins de la butte, des jardinets tout en fleurs et en broussaille sont tenus par une association de riverains. Enfin, les vignes à flan de colline rappellent que le quartier de Belleville fut pendant de nombreuses années une importante zone viticole parisienne.

5

Reprenez la rue Barrelet de Ricou sur la gauche jusqu’aux escaliers que vous prendrez sur la droite. Tournez à gauche dans la rue Manin et marchez le long des Buttes-Chaumont jusqu’à l’avenue Mathurin Moreau. A votre droite, vous trouverez l’entrée du PARC DES BUTTES-CHAUMONT.

Avec ses 25 hectares, le parc des Buttes Chaumont est l’un des plus vastes espaces verts de la capitale. Mais il est aussi l’un des plus originaux grâce à son dénivelé étonnant qui en fait un parc très vallonné. Surplombant la ville, les Buttes Chaumont offrent de magnifiques panoramas sur la capitale, et notamment sur le quartier de Montmartre. Les grottes, les rochers abrupts, les cascades, le pont suspendu et le grand lac artificiel procurent à cet endroit un charme très particulier qu’on ne retrouve dans aucun autre parc de Paris.

De nombreux arbres exotiques ornent le parc et attirent une grande diversités d’oiseaux tels que des mouettes, des poules d’eau, ou encore des canards colverts. Tous se partagent ce superbe espace et roucoulent autour du lac artificiel dans l’espoir de recevoir quelques miettes de pain distribués par les enfants. Le parc est très apprécié par ces derniers grâce à ses balançoires et ses balades à poney. Il dispose également de plusieurs snacks pour combler les petites faims. Offrez-vous donc une barbe à papa, un hot dog ou une crêpe à l’entrée du jardin avant de partir à la découverte de ce parc aux mille et une facettes.

L’atmosphère des Buttes-Chaumont est apaisante et familiale : les week-end d’été, les pelouses sont prises d’assaut par les familles venues pique-niquer, des couples d’amoureux venus se faire bronzer, tandis que de nombreux cyclistes ou adeptes des balades en roller arpentent les chemins sinueux tout autour. Nous vous conseillons d’emprunter le pont suspendu qui domine le lac. En le traversant, vous arrivez au sommet de la colline sur laquelle a été bâtie une superbe réplique d’un temple gréco-romain, le temple de la Sybille. De là-haut, vous pourrez bénéficier d’une vue imprenable sur tout Paris, y compris Montmartre. Le soir, vous pouvez aller prendre un verre au Rosa Bonheur, un bar très sympa qui se situe au sein même du parc et qui, l’été, rassemble les jeunes branchés du quartier.

6

Sortez du parc via l’avenue de la Cascade pour tomber sur la Rue du Général Brunet. Montez la rue et rejoignez la RUE DE MOUZAIA.

Principale voie du quartier, la rue de Mouzaïa est bordée des deux côtés par de jolies villas qui lui donne ce charme villageois. Cette rue bordant le nord des Buttes-Chaumont dessert de belles allées pavées abritant des maisons à jardinets que les riverains appellent communément « les villas de la Mouzaïa ».

Au 9 de la rue de Mouzaïa se dresse une petite église à l’architecture peu commune : c’est l'église Saint-François-d'Assise, construite au début du 20ème siècle dans un style roman italien. En poussant ses portes, vous découvrirez une gigantesque mosaïque de style byzantin représentant le Christ en croix. Vous aurez peut-être même la chance d’assister à l’une des répétitions de la chorale franco-béninoise qui chantent régulièrement entre ses murs.

7

Tournez à gauche dans la villa du Progrès pour rejoindre la RUE DE L’EGALITE.

Vous êtes à présent au cœur du « village » de la Mouzaïa. Tout autour de vous, s’ouvrent des villas dans lesquelles il est très agréable de se perdre. Les façades en briques rouges, bleues et blanches de la Villa Alexandre-Ribot en font l’une des voies plus charmantes. Au bout de la rue de l’Egalité, sur votre gauche, jetez un coup d’œil à la Villa Lorraine qui se termine en impasse.

8

Continuez tout droit dans la rue de la Liberté, puis rejoignez la rue du Général Brunet par la Villa Amalia. Tournez à droite et rendez-vous au HAMEAU DU DANUBE, première rue à droite.

Hébergeant pas moins de 28 pavillons bâtis en 1923 autour d’une rue en forme de Y, le Hameau du Danube a gagné le Concours de façades de la ville de Paris en 1926. L'aménagement de ces maisonnettes avec jardinets rappelle le concept et le charme des cités-jardins comme celles de Stains.

Du côté sud de la rue, vous trouverez les villas d’Alsace, d’Eugène-Leblanc, d’Emile-Loubet, de Bellevue, des Lilas, Sadi-Carnot et Félix-Faure. Au nord, les villas du Progrès et de la Renaissance sont aussi à voir. Notre coup de cœur va à la Villa des Lilas dont le calme, les pavillons et les jardinets fleuris donnent réellement l’illusion d’être à la campagne.

9

Reprenez la rue du Général Brunet sur la gauche et tournez à droite dans la villa d’Hauterive pour entrer dans la RUE MIGUEL HIDALGO.

Pour terminer cette jolie promenade, arpentez la rue Miguel Hidalgo qui ressemble, à l’instar de toutes les rues précédentes, davantage à la Grand Rue d’un village qu’à celle d’une capitale. Là encore vous trouverez des villas de chaque côté de la voie, dont celle de Cronstadt, très fournie en arbres et en fleurs par beau temps. Au bout de la rue Hidalgo, vous trouverez la station de métro Danube, sur la ligne 7bis.

Découvrir Paris

Paris offre à ses visiteurs des milliers de visages différents, selon les coins que l'on visite et le moment de la journée où on la contemple. Il y a donc tout autant de manières de la découvrir et de l'aimer.