École Militaire

Implanté dans le 7ème arrondissement de Paris, un ensemble de bâtiments de grande ampleur clôt en beauté la partie sud-est du Champ-de-Mars. C’est ici que sont regroupées les diverses structures d’enseignement qui composent l’Ecole militaire. L’idée de créer cette immense institution remonte au milieu du 18ème siècle, lorsque le roi Louis XV prit la décision, au sortir de la Guerre de Succession d’Autriche, de construire une école dans laquelle seraient formés les jeunes cadets de l’armée royale. L’école accueillera par la suite les plus grands officiers et hommes de guerre du pays, dont le célèbre Napoléon Bonaparte qui, quelques années plus tard, comptera parmi ses élèves. Aujourd’hui, c’est toujours dans cet établissement aux fastes décors que sont formés les officiers.

L’Ecole militaire : un rêve de grandeur…

La guerre de Succession d’Autriche s’achève enfin et la France, bien que victorieuse, compte et pleure ses morts. La victoire n’a pas été simple à remporter et les combats ont dévoilé un manque cruel de préparation au niveau des régiments royaux. A la tête d’une division de cavalerie de l’armée française lors de la guerre, le maréchal de Saxe, fort de son expérience au combat, incite le roi Louis XV à créer une véritable école royale militaire destinée à former 500 jeunes garçons, pauvres et nantis confondus. Pour finir de convaincre le roi, le maréchal insiste sur la dimension symbolique que pourrait revêtir l’institution : une école militaire imposante et richement ornée dans laquelle seront formés les meilleurs officiers du pays… En bref, un formidable témoignage de la supériorité du règne de Louis XV.

Convaincu du projet, le roi charge son Premier architecte répondant au nom d’Ange-Jacques Gabriel, de dessiner les plans d'un bâtiment encore plus imposant et majestueux que l'Hôtel des Invalides, qui fut construit lors du règne de Louis XIV. L’architecte s’attelle rapidement à la tâche et expose dès le 24 juin 1751 les plans de son Grand Projet. Le roi est conquis par ce qui lui est présenté : la superficie du futur bâtiment est immense, les façades magistrales et les détails de décors d’une grande subtilité. Les plans de Gabriel prévoient un édifice doté de cinq pavillons faisant face au Champ-de-Mars et composé de bâtiments hauts de trois étages bordant de nombreuses cours. Au milieu de cette faste composition, une chapelle en forme de croix termine l’ouvrage.

… mis à mal par des travaux laborieux

Les travaux commencent dès le 13 septembre 1751 avec le creusement du grand puits. Mais très vite, ils seront arrêtés par manque d’argent dans les caisses de l’Etat. Les nombreuses guerres menées par Louis XV les ont complètement vidées et l'architecte peine à réunir les fonds nécessaires à la poursuite du chantier. Trois ans plus tard, les avancées des travaux sont peu prometteuses et seule la construction des bâtiments de service a été engagée. Afin de ne pas devoir renoncer à l’ouverture de l’école, Gabriel fait le choix de n’accueillir qu’un nombre restreint d’élèves et de les héberger dans les bâtiments de service temporairement aménagés en dortoirs et salles de classe.

En 1756, l’institution ouvre enfin ses portes à 200 jeunes hommes. Parallèlement à l’ouverture des premières classes et malgré la situation financière de plus en plus inquiétante du roi, les travaux se poursuivent. La Marquise de Pompadour et Joseph Pâris Duverney, premier intendant de l’école et grand financier de l’époque, sont dans l’incapacité de financer toute la construction avec leurs propres fonds. Le projet s’embourbe et finalement, en 1760, le roi renonce à construire l’institution telle qu’il l’avait rêvée avec Gabriel. On décide alors qu’elle sera répartie entre l'École militaire et le Collège Royal de la Flèche.

Son architecte se remet alors au travail en revoyant ses plans initiaux à la baisse. Les surfaces sont donc réduites mais les magnifiques façades prévues lors du Grand Projet sont gardées : face à l’impressionnante perspective du Champ-de-Mars, le bâtiment principal de l’institution se doit d’être doté d’une façade à l’allure irréprochable, que l'on peut encore admirer aujourd'hui. Le 5 juillet 1768, le roi pose lui-même la première pierre de la chapelle en forme de croix et douze ans plus tard, les travaux sont enfin achevés. Pendant toute la durée du chantier, l’école a déjà accueilli des centaines de cadets afin de les former aux métiers militaires. Le plus célèbre d’entre eux répondait au fameux nom de Bonaparte.

Mais les déboires de l’institution n’en restent pas là. Sept ans après la fin des travaux, l'École militaire ferme ses portes. Laissés à l’abandon, les bâtiments sont complètement pillés lors de la Révolution Française de 1789. Durant de longues années, l’ancienne institution servira tour à tour de dépôt, puis de caserne et sera agrandi pour finalement prendre l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui.

Il faudra attendre la fin du 19ème siècle pour que le bâtiment retrouve enfin sa vocation première qui lui avait été arrachée : la formation militaire. Dès lors, l’institution n'a plus cessé de former des officiers.

Découvrir Paris

Paris offre à ses visiteurs des milliers de visages différents, selon les coins que l'on visite et le moment de la journée où on la contemple. Il y a donc tout autant de manières de la découvrir et de l'aimer.
Votre session a expiré. Vous allez être redirigé vers la page d'accueil.